La rubrique Pathologies ! N°1 Les Troubles Spécifiques des Apprentissages

Les Troubles Spécifiques des apprentissages (TSA), sont aussi plus communément appelé les troubles « Dys ». D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les TSA se définissent par des difficultés durables d’apprentissage apparues dés les premières étapes du développement. Ces troubles peuvent être plus ou moins sévères et entraînent des problématiques scolaires et dans la vie quotidienne des individus qui en souffrent. L’OMS précise également que ces troubles surviennent alors que la scolarisation est normale, qu’il n’y à pas de déficience intellectuelle, de déficit sensoriel ou de trouble psychologique. Autrement dit, ces enfants sont aussi intelligent que les autres, ils n’ont pas plus de troubles de la vue ou de l’audition, et non plus de troubles psychiatriques ou de pathologies neurologiques identifiable. Ces enfants éprouvent des difficultés dans les apprentissages : lecture, écriture, orthographe, calcul, expression avec les autres, concentration, …

Les TSA regroupent donc plusieurs troubles :

  • La dyslexie
  • La dysorthographie
  • La dysphasie
  • La dyspraxie
  • La dysgraphie
  • La dyscalculie
  • Les troubles du déficit attentionnel avec ou sans hyperactivité (THADA, TDHA, TDA/H)
  • Les Enfants Intellectuellement Précoce (EIP) ou à haut potentiel.
Salle de classe : source Pixabay

Ces troubles sont fréquemment associer entre eux, un enfant peut souffrir de difficulté dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture par exemple. Mais ils sont souvent compliqué de manque de confiance en soi, d’anxiété, peur de l’échec qui peuvent conduire l’enfant à ne même plus vouloir essayer de réaliser l’exercice qui le met en difficulté. D’après les études sur le sujet, les troubles auraient pour origine un dysfonctionnement survenant précocement dans a vie de l’individu (pendant la grossesse et les toutes premières années de vie).

La dyslexie concerne le langage écrit. Cela se présente par une écriture peu ou illisible, une lenteur dans la lecture et/ou l’écriture, des problématiques pour s’orienter ou s’organiser dans l’espace et le temps, un besoin de repère constant, une fatigabilité anormale, des troubles de la concentration. On peut ainsi retrouver des erreurs de lettres qui se ressemblent aussi bien à l’écrit qu’à la lecture (p/q, d/t/b, m/n,…). On trouve également une écriture défaillante multipliant les ratures. Les enfants sont ainsi parfois qualifié de peu soigneux, distrait. On distingue deux type de dyslexie: phonologique et visuo-attentionnelle. Les dyslexie phonologiques sont les plus fréquentes et concerne un trouble du fonctionnement des aires du langage contenue dans l’hémisphère gauche : zones pariétale et frontale. Les dyslexies visuo-attentionnelles vont plutôt concerner le cerveau droit et font souvent partie des troubles d’hyperactivité et de l’attention.

La dysorthographie concerne l’acquisition et l’intégration des règles d’orthographe. Par manque de compréhension et d’assimilation, l’enfant présente des problématique dans l’écriture dictée et l’écriture spontanée. Cela se traduit par des inversions de syllabes, des sauts de lettres, l’écriture est souvent phonétique.

Enfant dans le cadre scolaire source : Pixabay

La dysphasie est un trouble du langage oral, provenant d’un retard du développement de la parole et du langage. Ce trouble peut concerner la phonologie avec des difficulté de prononciation, des difficulté à trouver ses mots ou bien des déformations de ces derniers. L’enfant peu même éviter de parler, ce qui entraîne une pauvreté du langage spontané. Ce trouble peut aussi concerner des difficultés de compréhension des consignes verbales, dans le vocabulaire ou dans la syntaxe. La dysphasie entraine souvent la dyslexie et/ou la dysorthographie.

La dyspraxie concerne la coordination et l’automatisation des gestes. Ces enfants ont donc des difficultés motrice pour programmer et coordonner des gestes complexes. Cette problématique peut être associée à un défaut de coordination visuo-motrcie. Les personnes souffrent de ce trouble absorbe une grande partie de leur attention à contrôler le dessin de chaque lettre perturbant l’attention portée aux autre aspect de l’écriture (orthographe, sens des mots,…). Comme nous l’avons vu, les TSA sont souvent lié les uns au autres, la dyspraxie entraîne une dysgraphie, une dyscalculie spatiale (les chiffres ne sont pas alignés) et une dysorthographie importante. L’enfant présente une maladresse, arbore régulièrement des hématomes du fait de chutes répétées ou bien parce qu’ils se cognent partout. Les anomalies d’organisations spatiale et de motricité oculaire perturbent l’appréhension de l’environnement de la personne. Plus simplement, l’enfant présente des difficultés pour se repérer dans une page, recopier des figures ou des textes, apprendre les cartes, poser un calcul, utiliser une règle, écrire lisiblement, ranger, ordonner, organiser ses affaires (cahier de texte, cartable, classeurs, bureau), ainsi que se repérer, lire l’heure, manger proprement, faire ses lacets, se boutonner.

La dysgraphie concerne plutôt la partie dessin, l’enfant présente donc une lenteur dans l’écriture ou les schéma ou une malformation des lettres. Ce trouble entraîne une maladresse, un manque de précision, une écriture peu lisible. L’enfant à des difficultés à reproduire les formes, tien mal son crayon pouvant occasionner des plaintes de type douleur/raideur du poignet voir du membre ou une fatigue pouvant être à l’origine d’anxiété ou d’un refus d’écrire.

Enfant tenant son crayon source : Pixabay

La dyscalculie concerne un déficit du calcul, une difficulté à maîtriser la notion de nombre, la logique mathématique des opérations, de la géométrie ou des résolutions de problèmes. L’enfant peut éprouver des difficulté à planifier les tâches et donc à prendre les problèmes mathématiques par le « bon » bout ou bien des troubles de latéralité et de coordination droite et gauche. Il peut également présenter des troubles de la perception des quantités numériques.

Les déficits de l’attention avec ou sans hyperactivité entraine chez l’individu, des difficultés à se concentrer et à soutenir leur attention lors d’une tâche ou d’une activité malgré leur volonté. Ces difficultés sont responsables de nombreuses erreurs, qualifiées d’inattention, de travail non abouti, de mauvaise organisation ou de non respect des consignes. L’enfant est jugé dans la « lune », distrait, perdant souvent ses affaires, étourdit. Ces déficits sont toujours liés à l’impulsivité, l’enfant coupe la parole, parait agressif. Lorsque l’hyperactivité est associée, il est infatigable, épuisant ses parents. Il parle sans réfléchir, répond trop vite, ne supporte pas les activités calmes ou de rester assis et cherche à perturber la conversation, à imposer sa présence.

Enfants avachis source : Pixabay

Les enfants à haut potentiel, ou enfant intellectuellement précoce est un trouble dont la définition en elle-même est difficile de part le lien entre précocité intellectuelle et troubles des apprentissages. Ces enfants ont une mémoire précoce, ils surprennent leur entourage par des connaissances dans des domaines extra-scolaires. Ces capacités occasionnent un ennuis pour les apprentissages scolaires. Ces enfants se mettent donc à part, du fait de leur aspect parfois fière ou hautain. Parallèlement, une perturbation émotionnelle amène des problématique sociale et comportementale avec les autres, notamment les autres enfants.

Ces troubles spécifiques de l’apprentissage nécessitent une prise en charge multidisciplinaire reposant notamment par l’orthophonie, l’orthoptie, la psychomotricité, … . La prise en charge peut également faire intervenir en parallèle la thérapie manuelle. Le cabinet d’ostéopathie du 15 avenue de la république, 71200 Le Creusot, s’occupe de ces différents troubles spécifiques des apprentissages par un ensemble de mouvements et de jeu d’intégration quotidiens et en cabinet basés sur l’intégration motrice primordiale et les réflexes archaïques ou primitifs. Pour plus de détails vous pouvez consulter l’article motifs de consultations ! N°1 ou prendre rendez-vous avec votre ostéopathe au 06 33 19 53 43.

Jeune fille en pleine lecture source : Pixabay

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s